Par fouineteau

Le

Formation professionnelle pour les entreprises : comment anticiper les métiers de demain ?

Les entreprises françaises sont face à un défi majeur : préparer leurs salariés aux métiers de demain. Pour relever ce défi, l’investissement dans la formation professionnelle se présente comme un outil stratégique incontournable. En adaptant les qualifications de leurs collaborateurs, les entreprises ne font pas que préparer l’avenir ; elles investissent dans leur propre performance à long terme.

Les nouveaux dispositifs de formation professionnelle

La législation française s’est enrichie de nouvelles dispositions pour encourager et soutenir la formation professionnelle. La loi du 1er janvier 2019 a réformé en profondeur le secteur, en modifiant la gouvernance et les interactions entre les acteurs impliqués. Cette loi a pour ambition d’accompagner chaque individu dans son parcours professionnel.

Changements notables pour les entreprises

Le traditionnel plan de formation se transforme en plan de développement des compétences, élargissant ainsi son périmètre pour intégrer des parcours pédagogiques variés, à distance ou directement sur le lieu de travail. Les formations obligatoires doivent désormais se dérouler sur le temps de travail avec maintien de la rémunération. Par ailleurs, les formations en dehors du temps de travail sont limitées à 30 heures annuelles sans allocation de formation.

Un état des lieux est prévu tous les 6 ans lors d’un entretien professionnel, afin d’évaluer l’accès à la formation et la progression du salarié au sein de l’entreprise. Autre nouveauté notable, une collecte unique de la contribution à la formation professionnelle est réalisée par les Urssaf depuis 2021.

Signe d’une volonté d’autonomisation accrue des entreprises, celles-ci peuvent maintenant créer leur propre Centre de formation d’apprentis (CFA), renforçant ainsi leur capacité à former leur main-d’œuvre selon leurs besoins spécifiques.

Nouveaux Dispositifs De Formation Professionnelle

L’accès aux formations pour les salariés

Les salariés disposent de plusieurs leviers pour accéder à la formation professionnelle. Par le biais du plan de développement des compétences, l'employeur peut initier des formations pour ses employés. Les salariés ont également la possibilité d’utiliser leur compte personnel de formation (CPF) ou de s’engager dans un projet de transition professionnelle (PTP). Le dispositif Pro-A favorise la reconversion ou la promotion par alternance, offrant ainsi une voie supplémentaire pour l’évolution ou la réorientation professionnelle.

Lorsque le salarié suit une formation, son statut et sa rémunération sont maintenus comme s’il était en situation de travail. Les entretiens professionnels biannuels offrent aussi l’occasion de discuter des perspectives d’évolution professionnelle et d’informer sur le CPF.

Les droits et obligations en matière de formation

Les entrepreneurs doivent prendre en compte divers dispositifs liés à la formation professionnelle :

  • Compte Personnel de Formation (CPF) : Outil permettant aux salariés de suivre des formations qualifiantes.
  • Projet de Transition Professionnelle (PTP) : Il donne la possibilité aux salariés d’entreprendre une reconversion ou une montée en compétences par le biais d’une rupture conventionnelle.
  • Reconversion ou Promotion par Alternance (Pro-A) : Ce dispositif concerne aussi bien l’entreprise que le salarié et vise une montée en compétences ou un changement de métier.
  • Congés pour Formation : Des dispositions spécifiques autorisent les salariés à suivre divers types de formations tout en conservant leurs droits.

Pour que les entreprises puissent naviguer avec succès dans le paysage compétitif et en constante évolution du marché du travail, elles doivent élaborer un Plan de Développement des Compétences robuste et prévoyant. Ce plan doit servir de feuille de route, alignant les besoins en compétences actuelles de l’entreprise avec sa vision stratégique à long terme.

Le Plan de Développement des Compétences ne se contente pas de gérer les besoins en formation sur le court terme. Il s’inscrit dans une démarche proactive, où l’identification des tendances sectorielles, les évolutions technologiques et les changements dans les comportements des consommateurs sont prises en compte pour anticiper les compétences qui seront nécessaires demain. Ainsi, il s’agit d’une part d’assurer que les salariés sont performants dans leurs fonctions actuelles, mais aussi de les préparer à occuper de futurs rôles au sein de l’entreprise.

L’élaboration d’un tel plan inclut souvent une analyse des écarts de compétences, où les compétences existantes des employés sont évaluées par rapport à celles requises pour atteindre les objectifs futurs de l’entreprise. Cela implique également l’identification des potentiels au sein des équipes et la mise en place d’itinéraires de formation personnalisés pour accompagner la croissance professionnelle des individus.

En outre, le Plan doit intégrer une dimension d’agilité et de flexibilité, permettant à l’entreprise de réagir rapidement aux imprévus ou aux opportunités qui se présentent. La mise en place de partenariats avec des organismes de formation, l’utilisation de plateformes d’e-learning et la promotion de l’apprentissage en situation de travail sont autant de moyens pour diversifier les méthodes de formation et les adapter aux différents styles d’apprentissage des salariés.

La mise en œuvre d’un Plan de Développement des Compétences bien conçu ne bénéficie pas seulement aux salariés en termes d’évolution professionnelle. Elle renforce également l’attractivité de l’entreprise auprès des talents externes, tout en contribuant à la fidélisation des employés grâce à un engagement clair pour leur développement personnel et professionnel.

Enfin, par le biais d’un suivi régulier et d’une évaluation des résultats de formation, les entreprises peuvent ajuster leur planification pour s’assurer qu’elle reste alignée avec leurs objectifs stratégiques et réactive face aux dynamiques du marché. C’est en investissant aujourd’hui dans le développement des compétences que les entreprises construiront demain leur avantage concurrentiel durable.

En conclusion, il est clair que la formation professionnelle est un vecteur essentiel pour assurer la compétitivité des entreprises françaises. Avec l’évolution constante des technologies et des compétences requises sur le marché du travail, la formation continue se positionne comme un enjeu stratégique pour l’adaptation et le développement tant des entreprises que des carrières professionnelles.