L’importance du marketing dans le secteur immobilier

Le secteur de l’immobilier connait un grand essor ces derniers temps. Par conséquent, il y a de plus en plus de concurrence. C’est pour cela qu’il est essentiel pour toute entreprise intervenant dans ce domaine de se démarquer afin d’effectuer des performances notables. Pour ce faire, il existe des stratégies marketing adéquates et appliquées dans ce secteur. Ces dernières permettent de mettre sur pied des actions marketing qui leur permettent de trouver le maximum de clients. Ces derniers temps, on peut même remarquer de nouvelles stratégies qui s’appliquent sur internet et qui sont relayés à travers les réseaux sociaux.

Les différentes stratégies de marketing immobilier

Pour permettre aux entreprises évoluant dans le secteur de l’immobilier d’avoir plus d’efficacité, il existe plusieurs stratégies de marketing faites à cet effet.

· Le ciblage grâce au marketing social

Le marketing est une technique commerciale qui a pour spécificité d’utiliser les réseaux sociaux. Cela lui procure beaucoup d’avantages qui font aujourd’hui son succès. En effet, sur les réseaux sociaux, il est possible de créer des campagnes de publicité où vous pourrez utiliser des outils de ciblage très précis et cela est un énorme atout dans ce cas de figure. Le secteur de l’immobilier vise une clientèle précise. Par conséquent, le fait que vous puissiez viser certains types de profils par rapport à leur âge ou leur situation professionnelle est d’une très grande utilité. Grâce à cela, il sera possible d’avoir des résultats probants.

·  Le marketing par la géolocalisation

La géolocalisation est une méthode de publicité qui peut être très efficace dans ce cas précis. En effet, les produits immobiliers sont par essence géolocalisés. Ainsi, cette technique aura pour but de viser les personnes habitant dans cette zone et ayant un certain type de profil. Toutefois, la chose la plus importante dans ce cas précis sera sa mise en œuvre. Pour ce faire, il faut avoir un axe stratégique bien défini.

Comment mettre en œuvre une stratégie marketing immobilière ?

Il existe une concurrence forte dans le secteur de l’immobilier. Il est donc important dans ces cas de faire preuve d’originalité afin d’obtenir une clientèle qualifiée. Pour cela, il faut avant tout définir une stratégie marketing, puis la mettre en œuvre. Pour cela, il faut procéder étape par étape. Ainsi en premier lieu, il faut choisir sa stratégie. On peut en trouver plusieurs types.

Toutefois, il vous faudra faire le choix de celle qui s’adaptera à vos façons de travailler et vos moyens financiers. Dans un deuxième lieu, il faut définir des objectifs. Il s’agira principalement de savoir quelle est votre cible, c’est-à-dire quel type de clientèle vous souhaitez atteindre. En troisième lieu, il vous faudra trouver un axe stratégique afin de pouvoir les atteindre aisément. Enfin, vous devrez définir toutes les ressources que vous avez en votre possession et qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.
Quand vous aurez mis en œuvre toute la stratégie qui vous permettra d’avoir plus de clients, vous devrez mesurer votre retour sur investissement. C’est cela qui vous permettra de savoir si votre tactique a été efficace. En effet, les français sont de plus en plus frileux vis à vis du marché de l’immobilier aussi l’importance du marketing immobilier grandit de jour en jour et ce malgré les différentes politiques incitatives mise en place par le gouvernement. Emmanuel Macron avait affiché la couleur avant même son élection : soutenir l’investissement immobilier sera sa priorité pour créer des logements. Un peu comme les précédents gouvernements qui ont souvent soutenu ce marché à coup de lois fiscales (loi scellier, loi Duflot, loi Girardin,…), la dernière en date étant la loi Pinel.
Un succès jamais démenti depuis sa prolongation en 2018. Malheureusement ces dispositifs côutent cher à l’Etat et ne finançent pas totalement « l’économie réelle ». Aussi le gouvernement prends souvent des mesures contradictoires : c’est ainsi qu’il avait annoncé qu’il abolirait l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sous sa forme traditionnelle pour en faire un impôt sur la fortune immobilière (IFI).

L’objectif est finalement de détourner les fonds d’investissement de la pierre pour les orienter davantage vers les entreprises et donc l’économie au sens propre du terme. Cette mesure phare d’Emmanuel Macron qui a vu le jour début 2018 lorsque le Parlement a définitivement entériner le budget 2018, à soulever de nombreuses critiques des professionnels de l’immobilier qui y voient encore une attaque directe à un marché, certes haussier, mais de plus en plus taxés pour les propriétaires. La peur de voir la poule aux œufs d’or se tarir se fait de plus en plus sentir.

De quoi refroidir les investissements immobiliers …

La réaction des Français ne s’est pas non plus faite attendre et est conforme à celle qui était attendue par les pouvoirs publics. En effet, selon le baromètre Perial – Ifop 2017, 75% d’entre eux déclarent que les réformes fiscales en cours les incitent à détourner leurs fonds de l’investissement immobilier.

… mais seulement en surface

Cependant, ces mêmes Français sont 7 sur 10 à considérer qu’investir dans l’immobilier, en dehors des simples résidences principales et secondaires, reste utile au développement de l’économie. Et dans la pratique il ne sera certainement pas facile de détourner la population hexagonale de la pierre : c’est bel et bien un de leur mode d’investissement privilégié depuis des décennies. Considéré comme plus sûr et pérenne, les jeunes comme les retraités investissent à tout âge pour préparer leur avenir. C’est notamment pour préparer leur retraite que les particuliers se tournent vers l’immobilier, et il y a une raison à cela. En effet, l’immobilier est bel et bien le deuxième investissement le plus à même de garantir un niveau de revenu satisfaisant au moment de la retraite, juste derrière l’assurance vie. Un autre paramètre s’ajoute à cette rentabilité de l’investissement immobilier, et il est endogène : les Français n’aiment pas le risque. Ainsi, depuis deux ans, la sécurité du placement est citée comme tout premier critère d’investissement.

Des pratiques bien ancrées

A l’heure d’aujourd’hui, l’épargne des Français est composée à 60% d’immobilier, un chiffre très important et qui concerne toutes les classes sociales. Si les orientations du gouvernement actuel à ce sujet refroidissent cette appétence particulière, ces comportements sont bien trop ancrés et ne risquent pas de changer drastiquement dans les prochaines années. Les professionnels de l’immobilier se dotent « d’armes » marketing de plus en plus efficientes pour maintenir leurs ventes.